Song to the Siren-This Mortal Coil

Publié le par Comte V

Pour Muad'Dib (Les Confessions de Muad'Dib ) sans qu'il l'ait expressément demandé...et pour ma sirène...

 

(V.O. Cliquez ici )

 

Lien vers commentaires

                 

Longtemps en mer, sur des océans sans navire

Pour sourire, je faisais de mon mieux

Avant que tes yeux et tes doigts ne m'attirent

Par leur chant sur ton île, amoureux

Et tu chantais

Fais voile vers moi

Fais voile vers moi

Laisse moi t'envelopper

Je suis là

Je suis là

J'attends de t'enlacer

 

Ai-je rêvé que c'est de moi dont tu rêvais?

Etais-tu là lorsque je me suis échoué?

Maintenant mon bateau ivre est sur le flanc couché

Brisé, comme mon coeur, sur tes rochers

Car tu chantes

Ne m'approche pas

Ne m'approche pas

Reviens demain

Oh mon coeur

Oh mon coeur

Se dérobe au chagrin

 

Je suis désarmé comme un petit enfant

Je suis troublé comme l'est la marée

Dois-je rester debout parmi les brisants

Où dois-je m'allonger et mourir, mon aimée?

Entend mon chant

Nage vers moi

Nage vers moi

Laisse moi t'envelopper

Je suis là

Je suis là

J'attends de t'enlacer

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Publié dans Traductions

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

le comte v 20/11/2006 23:41

Merci Nat :)
Tu as parfaitement raison, "to sail "se traduirait littéralement par "naviguer, voguer."..Cependant, comme il s'agit d'une traduction poétique, j'ai préféré "faire voile", dont le sens est très proche , mais qui est plus évocateur du rythme de la chanson qui évoque le vent et la mer...Et en plus, "voile" se marie bien avec "enveloppe" dans le vers suivant...
Je viens voir ton blog...:)

Turbulences - Nat 20/11/2006 23:32

si je peux me permettre, j'aurai traduis =sail to me par vogue vers moi (to sail = naviguer).. mais excellente idée que ce site que je découvre via ma chanqon préférée..

Muad' Dib 16/11/2006 22:25

Je comprends aisément pourquoi Ulysse s'est fait attaché au mât de son navire après avoir bouché les oreilles de ses marins avec de la cire.
Imagine rien qu'un instant, la femme de ta vie incarnée en plusieurs femmes à demi nues sur un rocher et qui essaient de t'attirer dans leurs bras en te chantant ces mots merveilleux.
De toute façon, en règle générale, nous sommes conquis d'avance, mais imagine ce chant qui s'insinue lentement en toi, au delà de la sensation auditive ...
REPLAY ! REPLAY ! .......
Merci Comte V.(irtuose)