Walk Away-Franz Ferdinand

Publié le par Comte V

( V.O. cliquez ici )

 

J'ai abandonné mon innocence pour ma fierté,

Je suis allé au bout d'où je pouvais aller

Je me suis dit: "Je suis fort à présent. Je peux la quitter"

Ca me plait le son de tes pas qui s'éloignent, qui s'éloignent...

Coule une sombre larme de mascara

Et je reste froid, oui je reste froid

Mais pas aussi froid que toi

Ca me plait le son de tes pas qui s'éloignent, qui s'éloignent...

Ca me plait le son de tes pas qui s'éloignent, qui s'éloignent...

Pourquoi tu ne t'en vas pas?

Aucun bâtiment ne va s'effondrer

Pourquoi tu ne t'en vas pas?

Le sol ne s'ouvrira pas sous mes pieds

Pourquoi tu ne t'en vas pas?

Le soleil ne gobera pas les cieux

Pourquoi tu ne t'en vas pas?

Les statues n'auront pas les larmes aux yeux

Pourquoi tu ne t'en vas pas? Pourquoi tu ne t'en vas pas?

Pourquoi tu ne t'en vas pas? Pourquoi tu ne t'en vas pas?

Il ne faut pas que je croise ton regard

Et qu'en excuses je m'égare

Je dois être fort et ne plus rien croire

Et que me plaise le son de tes pas qui s'éloignent, qui s'éloignent...

Le mascara coule dans mes yeux

Je ne reste pas froid

Je suis vieux

Au moins aussi vieux que toi.

Alors que tu t'en vas...Alors que tu t'en vas...

Alors que tu t'en vas

Ma pierre tombale s'affaisse

Alors que tu t'en vas

Le vent d'Hollywood souffle de détresse

Alors que tu t'en vas

Le Kremlin est délabré

Alors que tu t'en vas

Radio 4 est pétrifié

Alors que tu t'en vas...Alors que tu t'en vas...

Alors que tu t'en vas...Alors que tu t'en vas...

Comme de légers coups de poignard

Dans le silence de la nuit

Staline sourit, Hitler rit,

Churchill applaudit, Mao Tse Toung dans son dos

    

 

 

Publié dans Traductions

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Le Comte V 09/09/2006 10:53

La traduction de cette chanson est un challenge. Si le sens général est bien compréhensible- l'histoire d'une rupture et la souffrance qui en découle- le texte est plein d'images obscures et de "private jokes" ("Radio 4 is static": parle-t-on du groupe de rock déjanté ou de la staion de radio de la BBC?)...
Le plus intriguant est la fin. Les coups de poignard me semblent être le bruit des talons sur le sol quand la femme aimée s'en va, mais les références aux dictateurs et hommes politiques sont difficiles à interpréter. Peut-être l'homme ressent-il le monde comme une menace maintenant que son amour est parti, et subit une sorte de  Yalta personnel et mesquin...